Depuis 1936, Coca‑Cola fabrique ses produits localement pour rafraîchir les consommateurs suisses.

Voir la vidéo

Coca‑Cola, plus suisse que vous ne le pensez.

En 1936, 50 ans après son invention, Coca‑Cola arrive en Suisse. Coca‑Cola HBC Suisse est l'unique embouteilleur en Suisse actif dans la production et la vente des articles Coca‑Cola. Nos articles sont produits localement : à Dietlikon et à Vals.

Depuis notre arrivée, nous n'avons pas arrêté de développer et d'étendre nos activités professionnelles. Entre temps, nous générons au total une création de valeur locale de 916 millions CHF pour l'économie suisse. Cela correspond à 0,1% du produit brut interne national.

Nous rafraîchissons les consommatrices et consommateurs suisses moyennant un volume d’environ 450 millions de litres de boissons par an. Plus de 80% des boissons vendues sont produites en Suisse. 95% des ingrédients de nos boissons sont produits par des fournisseurs suisses, comme le sucre, l'acide carbonique ou l'eau potable et minérale.

Chez Coca‑Cola HBC Suisse, les collaborateurs sont notre atout le plus précieux. Nous occupons plus de 900 collaborateurs et assurons environ 9’200 postes de travail sur toute la chaîne de création de valeur, dans le commerce au détail, la logistique, l'industrie ou l'agriculture. Nous nous efforçons à offrir à tous nos collaborateurs des options de carrière attrayantes, d'excellentes possibilités d'évolution ainsi qu'un poste de travail sûr et équitable.

Tous les faits précités sont basés sur l'étude « Contribution socioéconomique de Coca‑Cola en Suisse ». L'étude a été initiée dans le but d'analyser l'influence de Coca‑Cola sur l'économie suisse et de la démontrer à l'aide de chiffres concrets. L'étude a été menée en 2016 pour la deuxième fois, basée sur les chiffres d'affaires de 2015 par Prof. Ethan B. Kapstein et Dr. René Kim, avec l'assistance de la société de conseils Steward Redqueen. L'étude a analysé l'interaction entre Coca‑Cola et l'économie suisse tout au long de la chaîne de création de valeurs. Les auteurs ont examiné les revenus générés et les impôts versés à l'État des activités économiques, de la fabrication, de l'emballage, du marketing, de la vente jusqu'à la livraison des produits aux consommateurs.